Peur d’amener votre enfant faire les courses? La solution

Quand on est parent, la question de faire les courses avec son enfant se pose obligatoirement à un moment ou un autre, voir régulièrement.

Quand bébé est encore tout petit, ça va. Mais quand il commence à grandir, à marcher, à vouloir tout toucher, on commence à voir venir les problèmes.
Et quand l’enfant ne veut plus rester dans le caddie ou la poussette, qu’il veut explorer, comprendre, qu’il est attiré par tout un tas de couleurs, de formes, etc., là, ça peut vraiment devenir problématique. D’autant plus que le risque de « crise » plane en permanence. Et ça, c’est la hantise de tous les parents.

Pour contrer le problème, plusieurs solutions s’offrent à vous. Mais j’en ai trouvé une qui fonctionne à tous les coups et je vais toujours faire les courses avec ma fille sans angoisses et sans risques de me retrouver dans une situation où je serai mal à l’aise.

Voyons d’abord les autres solutions.

Personne ne veut subir une crise en public
Personne ne veut subir une crise en public

1- Ne pas amener votre enfant

C’est la solution la plus facile et la plus efficace.
Malheureusement, ce n’est pas toujours possible. Pour se faire, il faut avoir une solution de garde, que ce soit une nounou, la garderie, l’école, la famille, le ou la compagne ou les ami(e)s. Dans mon cas par exemple, et bien je n’avais (et n’ai toujours pas) rien de tout ça possible. Avec le papa qui travaille, aucun ami ou famille disponible, non scolarisée et pas de nounou en qui j’avais suffisamment confiance pour laisser ma puce.

Donc parfois, quoi qu’on fasse, on est obligé d’amener notre enfant là où nous allons.

2- Demander à quelqu’un de vous faire les courses

C’est une idée.
Personnellement, j’ai beaucoup de mal à demander ce genre de chose. Je préfère choisir mes produits moi-même.
Pour du dépannage oui, mais pas pour les « grosses courses ». Il faut vraiment que je ne puisse plus bouger de mon lit pour que quelqu’un aille faire les courses pour ma famille. Bien sûr, ce n’est que mon avis personnel.

3- Se faire livrer les courses à la maison

Aujourd’hui, c’est tout à fait possible à condition d’être en ville et ça ne fonctionne pas pour tous les produits.

Alors si vous êtes en pleine campagne comme moi, ce n’est pas envisageable.

4- Utiliser cette astuce qui, pour moi, est la meilleure

Si vous êtes comme moi, que vous n’avez personne pour garder votre enfant, que vous préférez choisir vos produits vous-même et que vous ne pouvez ou voulez pas vous faire livrer, il ne vous reste qu’une chose à faire: prendre votre enfant et aller faire les courses avec lui.

Et chose que j’adore, c’est qu’en prime elle offre pleins d’avantages pour l’enfant.

10 ASTUCES ​​POUR ​​QUE ​TON ENFANT MANGE DE TOUT

​Grâce à ce e-book, ​tu trouver​as la réponse à tous les problèmes alimentaires de ​ton enfant + 30 citations inspirantes 

Comment gérer toute la stimulation qu’il y a autour de lui et ainsi limiter les risques de crises?

Proposer des choix
Proposer des choix

 

Simplement en l’impliquant dans les achats.
Comment?
En le faisant participer. En lui demandant par exemple ce qu’il aurait envie de manger, si il préfère tel ou tel truc.
Exemple concret: au rayon fromage, « ça te dis du fromage? Moi j’ai bien envie, mais j’hésite entre du chèvre et du brebis. Tiens, regarde, ils sont là. Ça c’est le chèvre et ça, le brebis. Tu aurai envie duquel toi? ».
Ça marche à tous les coups. Et pour maintenir l’attention, j’enchaine avec un « allez, maintenant on va chercher des légumes, tu préfères quoi toi comme légumes »… et je maintiens une discussion comme ça.

Certes, parfois il y a quelque chose qui va attirer son attention. Souvent, ce sont des jouets bien sûr. Mais pas de soucis. On « perd » 2-3 minutes à regarder. On en parle. J’ai droit au « je veux ça » bien sûr. Alors je réponds « OK, j’ai repéré ce qui te plait, comme ça à Noël, pour ton anniversaire où si on a envie de te faire un cadeau, je sais ce qui te feras plaisir. Mais là, nous n’achetons pas de jouets ». Et ça peut paraitre dingue mais ça fonctionne.
J’ai pris le temps de m’intéresser à ce qui lui plait puis je lui explique que ce n’est pas le moment.

Parfois même, elle veut juste regarder, pose 2-3 questions puis passe à autre chose d’elle même.

Mettre les choses au clair avant de partir

Astuce bienveillante #5

Bien sûr, pour que tout cela fonctionne, il faut être très clair avant le départ pour les courses.
Exemple: « Ma puce, nous allons faire les courses. Aujourd’hui, nous achetons seulement de quoi manger. Pas d’à côtés (bonbons, jouets ou autre). » On peut aussi varier: « Ok, aujourd’hui nous avons 2 euros pour acheter quelque chose pour se faire plaisir. C’est toi qui choisira ».

En fait, c’est à chacun de gérer comme il l’entend et selon l’enfant. Il est important de s’adapter. Le tout est d’arriver à canaliser l’attention de l’enfant en le rendant acteur pour limiter toute la stimulation environnante.

Avec cette technique, en presque 3 ans de courses « risquées » (ben oui, moi aussi j’ai peur de la crise devant tout le monde), et bien je n’en n’ai pas vu une seule. Aujourd’hui d’ailleurs, même quand j’ai l’occasion de laisser ma fille pour aller faire tranquillement les courses, je ne me pose pas la question, je la prend. C’est juste quand le papa me rappelle que c’est bien aussi tout seul, que j’en profite. Mais c’est pour prendre du temps pour moi, pas par peur de me prendre la honte au supermarché au milieu des hurlements.

Les avantages pour l’enfant

Faire enfin les courses tranquillement
Faire enfin les courses tranquillement

Au début je n’avais pas conscience de tout ça mais petit à petit, j’ai découvert les bienfaits.
Cette technique a donc plusieurs avantages:
– elle limite la sensation de rejet (parfois l’enfant ne comprend pas pourquoi il ne peux pas venir aux courses)
– elle développe la confiance en lui (on lui laisse des choix « importants » et son avis est important)
– elle développe sa capacité d’attention
– elle le valorise
– elle affirme sa position au sein de la famille
– développe sa créativité

Cela réserve des surprises…

Au delà du fait que cela créé vraiment une complicité avec l’enfant, on se retrouve parfois dans des situations inhabituelles.

En effet, « les gens » n’ont pas l’habitude de ce genre de chose et parfois, ils peuvent être surpris d’entendre une maman ou un papa entrain de demander à son enfant si il vaut mieux acheter des petits pois surgelés ou en boite pour préparer le riz cantonnais de ce soir.
Même les autres enfants sont parfois surpris.
C’est assez drôle.

Bref, c’est très agréable d’aller faire ses courses tranquillement, sans craintes, sans angoisses, sans peurs du regard des autres parce que ma fille ne risque pas de faire de crise.

Et vous, vous avez choisi quelle solution?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.







​15 AS​​​​TUCES POUR ​ARRÊTER DE CRIER, le guide gratuit

%d blogueurs aiment cette page :