Violences éducatives ordinaires

Comment éviter ces 32 douces violences

Tout le monde les connait.
Certains les pratiquent.
Une chose est sûre, c’est que les douces violences ou VEO font parler d’elles.

On nous dit, pour le bien de nos enfants « faut pas dire si, faut pas faire ça », c’est mauvais pour leur développement.
Mais concrètement, qu’est ce qu’on peut faire pour les éviter avec les enfants?

Je vous dis tout ça tout de suite.

Ce qu’il ne faudrait pas dire pour éviter les douces violences

1- Tu n’écoute jamais

C’est faux. Déjà on dit ça en sous-entendant « tu n’obéis jamais ». Alors qu’en réalité, un enfant écoute mais il choisi de faire différemment. Le risque à répéter cela est qu’effectivement, il n’écoute pas.
Donc, expression à bannir.

2- Je te l’avais dit / je t’avais prévenu

Quand on dit « attention, tu risque de tomber » et que l’enfant tombe, difficile de s’empêcher de lui rappeler qu’on l’avait prévenu. Oui mais ça sert à rien.
Il a entendu, testé par lui-même et constaté le résultat. Rappeler qu’on avait prévenu est humiliant, ça appui le fait que le jugement de l’enfant est mauvais.
Il vaut mieux demander à l’enfant si ça va.

3- Si tu fais pas ce que je te dis, je …

Eviter les douces violences
Eviter les douces violences

Ahhh, le chantage… Qui aime le chantage?
J’ai trouvé une alternative qui marche bien. Je la laisse choisir entre 2 possibilités en lui faisant comprendre que c’est important. Ça marche à tous les coups.

4- Tu comprends pas ou quoi

Ce n’est pas parce qu’un enfant ne comprend pas quelque chose qu’il est idiot.
C’est plus constructif de lui réexpliquer.

5- Non, je suis fâchée

Refuser quelque chose parce qu’on est fâché ou en colère est contre productif.
Il vaut mieux en parler et exprimer son ressenti.

6- Arrête tes bêtises

Je rappelle que les bêtises n’existent pas. Il n’y a que des expériences, ratées mais aussi réussies.
Alors si l’enfant tente des expériences qui rates souvent, peut-être lui proposer des expériences sous contrôle, sous forme de jeux. Ou expliquer les conséquences (même si les enfants ne peuvent comprendre les conséquences avant 5-6 ans).

7- Il y a des enfants qui meurent de faim dans le monde alors finis ton assiette

Alors dans le genre conséquences dramatiques, c’est dur de faire pire.
L’enfant n’est pas responsable de la famine alors pas besoin de le faire culpabiliser.
Combien de personnes ont des soucis avec la nourriture à cause de ce genre de réflexion?
Et puis ce n’est pas en disant cela que l’enfant va apprendre à gérer les quantités.

8- Tu me fais mal

Quand on dit ça à un enfant, il pense ensuite que quand on a mal, quelque soit la raison, c’est de sa faute et il culpabilise.
Il vaut mieux dire « les coups de pied ça fait mal, le doigt dans l’œil aussi, etc. »

9- Arrêtes de torturer les animaux

C’est normal qu’un enfant fasse du mal aux animaux car il ne sait pas, il ne se rend pas compte.
De dire cela lui apprend ce qu’est la torture, mais pas comment faire autrement.
Il faut donc lui montrer comment faire, lui montrer les signes de l’animal lorsqu’il aime ou pas.

10- Dépêche-toi

Ça vous aide, vous, à être efficace quand on vous met la pression?
Il vaut mieux trouver des alternatives sous forme de jeux: faire la course par exemple.

11- Tu comprendras plus tard

Il faut être idiot naïf pour croire que les enfants ne comprennent pas. Certes, il faut simplifier, mais ça fait plus l’effet « j’ai pas envie de t’expliquer » qu’autre chose ou « je sais pas ». Il vaudrait mieux dire « je sais pas » que « tu comprendras plus tard ». Et puis les enfants peuvent entendre des choses, même difficiles, tout dépend de la façon de leur dire.

12- T’es trop petit pour faire ça

Sincèrement, vous avez une liste vous de tout ce qu’on peut faire et à quel âge?
Sérieusement, c’est mauvais pour sa confiance en lui de douter de ses capacités.
Si un enfant se lance à tenter quelque chose, c’est qu’il se sent capable. Il reconnait instinctivement le danger (la hauteur par exemple).

13- Tu m’énerve

On a souvent la sensation que c’est l’enfant qui est énervant, mais c’est plutôt la situation ou un acte qu’à fait l’enfant. Alors il vaut mieux dire que c’est telle attitude ou telle action qui est dérangeante.

14- Arrêtes de te tripoter

Ce n’est pas très judicieux d’empêcher un enfant de se découvrir.
Lui proposer d’aller faire ça dans sa chambre, dans l’intimité est plus approprié que de l’empêcher.

15- Tu crois pas que t’as passé l’âge de faire ça?

Les douces violences
Les douces violences


Heu, c’est la suite de la liste du n°12?
Franchement, quel est le problème à ce qu’un enfant est besoin de plus de temps pour bien intégrer quelque chose?

16- T’es bêtes ou quoi?

Le meilleur moyen de le faire devenir bête.

17- J’ai pas envie de te courir après

Dire un truc pareil, c’est vraiment croire au Père Noël.
Dans la tête de l’enfant, ça donne ça: « ben cours pas »… Je pense que ce n’est pas le meilleur moyen de se faire comprendre.
Ce n’est pas vraiment une douce violence, mais cela rappelle l’importance d’une communication claire.

18- Tu fais quoi là?

Soit on comprend très bien ce qu’il est entrain de faire et c’est une façon de montrer qu’on est pas d’accord: pas clair du tout.
Soit on ne comprend pas et… ben on lui demande ce qu’il fait.

19- Arrêtes de pleurnicher

Si l’enfant pleurniche, pleure, etc., c’est qu’il y a une raison.
Essayer de comprendre ce qui ne va pas et l’aider à aller mieux est bien plus efficace pour qu’il s’arrête.

20- Fais le bisous

Vous aimez vous quand on vous oblige à faire un bisous? Avouez que pour certaines personnes, non.
Laissez-le gérer son corps comme il en a envie. Expliquez qu’il peut dire simplement bonjour ou serrer la main ou tout signe qu’il acceptera de faire pour marquer le coup.

21- Ne m’oblige pas à…

Un enfant n’oblige jamais à rien. Si vous vous sentez à bout d’argument, ce n’est pas une raison pour lui faire peser cela.
Expliquez-lui plutôt que vous avez vraiment besoin, ou que c’est très important.

22- Tu as vu lui comme il est sage

La comparaison est vraiment à éviter (voir cet article: la comparaison freine l’évolution). Chacun est différent alors on ne peut comparer. Comparer est le meilleur moyen de baisser la confiance et l’estime de soi.

Ce qu’il faudrait ne pas faire pour éviter les douces violences

 

Du mal à rester bienveillant? Dessinez un Bouddha en 8 étapes

Violences douces éducatives
Violences douces éducatives

 

23- Nettoyer le visage sans prévenir

Cela n’aide pas l’enfant à s’approprier son corps si on en dispose comme on veut. Et puis ce n’est pas agréable.

24- Déshabiller devant tout le monde

Les situations humiliantes sont vraiment à éviter.

25- Mentir ou cacher la vérité

Si vous voulez élever un futur menteur, c’est un bon moyen.
Un enfant sent toujours si on lui ment ou si on lui cache quelque chose. Alors inutile de croire le contraire. Mais pensez à adapter votre langage.
Et puis n’oubliez pas que lorsque vous mentez à une autre personne devant lui, il vous voit faire…

26- Trainer par la main

C’est très humiliant de se faire trainer de force. Ça touche beaucoup d’aspects fragile de l’adulte en devenir (confiance, appropriation de son corps, etc.).

27- Priver de dessert

Le dessert est un élément du repas aussi important que le reste alors ce n’est pas judicieux de le supprimer. Et puis les punitions, c’est pas le top (voir cette vidéo: les punitions).

28- Ne pas répondre à ses questions

Un enfant a des attentes, des besoins, des questions pour mieux comprendre le monde dans lequel il évolue. Ne pas répondre à ces questions revient à l’ignorer ou à ne pas le considérer. C’est très mauvais pour sa confiance en lui.

29- Refuser un câlin parce qu’on est fâché

C’est un réflexe que beaucoup de personne ont. Comme une réaction de rejet.
Ce n’est pas bon pour soi car un câlin aide à se calmer grâce aux hormones que cela déclenche.
Ce n’est pas bon pour lui car l’enfant va finir par croire que l’amour, l’affection est une récompense.

30- Forcer à faire quelque chose

Tout le monde déteste ça. Et l’enfant le fait savoir clairement.
Il vaut mieux l’amener à faire ce que l’on veut par le jeu par exemple.

31- Parler de lui à quelqu’un d’autre comme s’il n’était pas là

C’est très humiliant, surtout quand ce sont des propos négatifs.

32- Ne pas lui demander son avis

Opérer des changements dans sa chambre, déménager, lui choisir des vêtements, etc., sans lui en parler avant est un manque de respect envers lui.
C’est lui imposer des choses sans considération pour lui.
En parler avec lui est l’occasion de lui expliquer, de le prévenir, etc.

Les violences ont un impact sur le cerveau
Les violences ont un impact sur le cerveau

En général

De manière générale, il est important d’éviter les douces violences car elles ont un impact négatif sur le développement du cerveau.
Il est important de penser qu’un enfant est un humain à part entière avec ses avis, ses choix, ses propres réflexions.
Il ne s’agit pas de le laisser faire tout ce qu’il veut, ou de lui laisser un tas de choix (car c’est mauvais aussi pour son cerveau), mais plutôt de lui montrer que ses idées comptent.
Bien sûr, il n’est pas question non plus de le laisser se mettre en danger.
Mais pensez bien que parfois, nous pensons que quelque chose ne se fait pas alors qu’en réalité, pourquoi pas. Tant qu’il n’y a pas de danger pour sa santé physique et mentale.

Si vous pensez à d’autres douces violences, n’hésitez pas à les rajouter en commentaires.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ce que l'enfant comprend

Le guide du bien parlé parental

Comme tout bon parent qui se respecte, vous vous êtes certainement rendu compte qu’on ne parle pas un enfant comme on parle […]

11 commentaires sur “Comment éviter ces 32 douces violences”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *







​55 ASTUCES POUR GÉRER LES PÉRIODES DIFFICILES, le guide

%d blogueurs aiment cette page :