Lutter contre l’échec scolaire grâce à l’art


Quand on voit qu’en 2015, 110 000 élèves on laissé tombé l’école (soit 1 sur 6), on peut se poser des questions sur l’échec scolaire.
Et c’est ce que font de nombreux parents. Ils font même plus que ça. De plus en plus de parents décident de déscolariser leurs enfants (j’entends par là qu’ils les sortent du système scolaire traditionnel et choisissent des écoles alternatives, le CNED, l’IEF, etc.).

Mais tout le monde n’a pas la possibilité, la capacité ou la volonté de faire ce choix.
Pourtant, il est indispensable de trouver des solutions pour lutter contre l’échec scolaire.

Les parents qui choisissent de déscolariser un enfant ne le font pas obligatoirement pour faire face à un échec scolaire, mais parce qu’ils sentent bien que ce système éducatif n’est pas « adapté ».
S’il n’est pas adapté à tous, on peut imaginer qu’il doit certainement contribuer à ces échecs scolaires.

Un « formatage » de l’école?

Il permet l'intégration

Il permet l’intégration

Alors c’est vrai qu’il y a cette grande polémique comme quoi l’école « formate » les enfants.
Et c’est vrai dans le sens où le système éducatif ne s’adresse qu’à une « catégorie de personnes », un seul type de fonctionnement (et encore…) et prépare à les enfants à un certain fonctionnement de société.
Mais c’est aussi faux dans le sens où les autres « n’accrochent » pas, ne rentrent pas dans le moule. Ils sont donc « excluent » ou s’excluent eux-mêmes et se retrouvent souvent en échec scolaire (mais pas toujours). Le terme « formatage » n’est pas approprié.
Le terme « conditionnement » conviendrai mieux, mais là n’est pas le sujet.
Ce qu’il faut retenir c’est que les méthodes d’apprentissage de l’éducation nationale ne sont pas adaptées à tous.

Au niveau des neurosciences, cela s’explique simplement. Par exemple:
les recherches cognitives nous montrent que apprendre, ce n’est pas « acquérir des connaissances, mais réorganiser ce que l’on sait déjà en y intégrant des éléments nouveaux« , (tiré de l’article de Joëlle Aden) alors que le système éducatif vise à seulement acquérir des connaissances
– « percevoir c’est agir… l’action affine la perception » affirme Alain Berthoz lors d’une conférence sur le thème »en quoi les recherches en neurosciences bouleversent-elles nos conceptions éducatives? ». On ne peut pas dire que l’école soit une grande adepte de l’action.
les méthodes d’apprentissage de l’éducation nationale font appel a une partie du cerveau pour une matière. Par exemple, seul le néocortex est sollicité pour les langues vivantes, alors qu’il faudrait faire appel aux interactions (action), aux émotions (l’amygdale), à la mémoire (l’hippocampe), etc.
– etc.

L’humain dans son intégralité

Pour pallier à ce manque de « prise en compte de l’humain à part entière », il y a l’art.
L’art au sens large, la musique: la danse, l’écriture, la peinture, etc.

Certes, l’éducation nationale a mis en place des solutions pour développer l’art à l’école comme le PEAC (Parcours d’Éducation Artistique et Culturelle) via l’application Folio (voir l’article d’Educsol à ce sujet) ou encore la mise en place du Haut Conseil de l’Education Artistique et Culturelle en 2013.
Ce qui dénote une certaine volonté de redonner une valeur éducative à l’art qui, il faut bien l’avouer, ne semble pas être une priorité pour de nombreux parents et enfants passé la maternelle.

L’art est vital pour la société

L'art est vital

L’art est vital

Parce qu’il ne faut pas oublier que l’art, la création est lié à la société, c’est même une part de la société et même de la politique. Ce n’est pas juste un passe temps ou un loisir. C’est une exigence de la société.
Notre histoire, notre culture en est la preuve.
Jean Duvignaud a d’ailleurs dit que « l’imaginaire est enraciné dans la société ».

Freinet, Montessori, Tortel et bien d’autres l’avaient bien compris.

Pire, Alain Kerlan écrit: « l’art rééquilibre une culture et un rapport au monde dominé par la technique et la raison instrumentale« .
L’art est en opposition avec l’intellectualisation que l’on connait bien aujourd’hui.
Il fait opposition à la pensée, l’intelligence analytique que nous apprend l’école. Je dis en opposition mais pourquoi ne viendrait-il pas plutôt en complément?

En effet, l’art fait appel à la sensibilité, le senti, le ressenti, l’intuition, l’empathie. Bref, tout l’inverse de ce que nous propose l’école dans ses apprentissages.

Une valeur éducative

L’art développe énormément de qualités et de valeurs que nous cherchons tous à inculquer à nos enfants comme le sentiment moral, la capacité de jugement, le sens critique, etc.
Il favorise la construction de l’individu et l’intégration sociale.

Joëlle Aden nous explique que l’école fait comme si le corps et le cerveau sont séparés alors que la création artistique est un prolongement du cerveau par le geste, quelque soit l’activité (peinture, danse, écrivain, etc.).

L'art est vital

L’art est vital

Donc la pratique artistique permet de faire appel à différentes parties du cerveau, à différents traits de la personnalité, à différentes qualités.
Et cela permet de développer ces différences, puis d’acquérir de nouvelles valeurs, de nouvelles compétences et de nouvelles connaissances.
Hégel disait que « le besoin général d’art est le besoin relationnel qui pousse l’homme à prendre conscience du monde intérieur et extérieur et à en faire objet dans lequel il se reconnaisse lui-même« .

Alors vous l’aurez compris, l’art est un atout majeur de la créativité. C’est le chemin le plus court pour développer cette créativité.
Et la créativité, c’est le nerf de la guerre.
Parce que la créativité, ce n’est pas juste avoir des idées pour faire un dessin: « c’est la faculté de créer ou la capacité de création. Elle consiste à trouver des méthodes ou des objets pour mettre en œuvre des tâches de façon différente ou nouvelle, dans le but de satisfaire un propos. La créativité permet d’accomplir ce que l’on souhaite de façon plus rapide, facile, efficace, efficiente ou économique. Le processus d’imaginer et de produire de nouvelles idées ou concepts peut être également défini sous d’autres désignations, à savoir : inventivité, imagination originale, pensée latérale ou imagination constructive. Ce sont des concepts renfermant l’acte d’inventer quelque chose de nouveau (c’est-à-dire, avoir recours à l’ingéniosité), la capacité d’apporter des solutions originales et la volonté de changer voire transformer le monde » (tiré de l’article: définition de la créativité).

La fin de l’échec scolaire grâce à la créativité

Experimenter en toute liberté

Expérimenter en toute liberté

Bon ce n’est peut-être pas la solution miracle pour tous car tant de paramètres sont en prendre en compte…
Mais l’art et la créativité peuvent amener l’enfant à développer des capacités d’adaptation fantastique pour éviter le décrochage scolaire.
Pour toutes les raisons évoquées vu plus haut, on voit bien que l’art est un formidable outil pour aider à lutter contre l’échec scolaire.
Et si on est créatif, on l’est dans tous les domaines (maths, français, quotidien, gestion des conflits, résolution de problèmes, etc.).
Alors il ne faut surtout pas hésiter à proposer des activités artistiques à ses enfants pour pallier aux carences scolaires. Mais aussi soutenir et donner de l’importance aux activités artistiques scolaires est primordial.
C’est juste permettre à l’enfant d’utiliser tout son potentiel et s’exprimer, sans jugement, en toute liberté. Lui permettre d’expérimenter, de tester, de transmuter les règles.

Si vous manquez d’idées d’activités artistiques, vous pouvez tester le dessin de Bouddhas en vous inscrivant ci-dessous. Profitez-en, c’est gratuit. Ce guide s’adresse autant aux enfants dès 10 ans qu’aux adultes (je vous en ai parlé dans cet article: dessinez des Bouddhas).

Du mal à rester bienveillant? Dessinez un Bouddha en 8 étapes

 

Et surtout, n’oubliez pas de me dire en commentaires ce que vous pensez de l’échec scolaire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

A propos de Jennifer

Je propose des outils nécessaires à la compréhension du fonctionnement d'un enfant permettant ainsi de mieux répondre à ses besoins tout en vous permettant de devenir le parent que vous rêvez d'être.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *